mardi 10 août 2010

L'Enveloppe : 20 octobre 2009

L'Enveloppe


D'un coup de baisé,

J'ai recouvert la dernière lettre

comme celle d'autrefois que j'ai brulé sous mon lit.


D'un coup de baisé,

J'ai mis la lettre dans un escargot, j'ai recouvert la lettre de moisissure.

Elle aimera cette douce attention, elle sait que je ne l'aime plus.


Le plus loin je suis d'elle et le mieux je me porte.

Est-ce toujours comme ça après 20 ans?

On voit la vie commune...

du haut d'une coquille,

Une transportation, je vois encore son visage

ses douces lèvres et son sourire

mais j'en ai assez de faire semblant

parce que je suis un artifice

Et elle, mon flambeau.

Ma torche-flamme, mon petit feu portatif.


J'ai perdu l'enveloppe sur le chemin du retour

j'ai réécrit la lettre des milliers de fois :

ton nom n'est toujours pas écrit. je ne peux pas dire : À...

je ne peux pas dire, à toi de moi

parce que tu saurais que c'est moi qui l'aurais écrite.

tu aurais pu savoir à quel point je te déteste...


Mais pourtant, je sais que tu vas embrasser cette dernière lettre

d'un coup de pinceau, ton rouge à lèvres rose d'amour

l'emprunte de tes lèvres au plus profond de mon corps

comme autrefois, comme autrefois


parce qu'après tout, tu es celle qui a su m'aimer.

malgré la pluie sur mon être, sache que tu n'y es pour rien

Tu m'as toujours dit : « J'aimerais avoir tes yeux, mais pas vivre dans ta tête ».

avec ton plus grand sourire et tes yeux en soie.


Tu savais que ce jour arriverait,

tu as vu l'enveloppe ce matin, en me demandant ce qu'il y avait

à l'intérieur, et je t'ai répondu : « C'est l'escargot »

Tu savais que je vivais dans ma coquille

tu savais que rien ne pourrait en sortir

tu savais que je vivais dans ma coquille

j'ai embrassé l'enveloppe de velours

ce jour est arrivé, j'ai dû te quitter.


En me voyant, tu as su qu'un jour, j'allais te quitter

Nous n'étions même pas ensemble, mais tu tenais déjà ma main

entre tes yeux, entre ton sourire, tu m'avais agrippé à toi.

tu ne pouvais guérir mon chagrin, c'était certain

c'était ancré dans mon sourire

tu ne pouvais pas savoir que cette dernière enveloppe

était le dessin d'un enfant...


Celui du plus grand sourire...

Le tien.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire