dimanche 7 novembre 2010

J'ai

enterré ton corps dans le jardin
de l'amour encore une fois
avec les autres cadavres
ceux des amours perdus.

Dans la brume
la musique noire de mon corps
sur une impression de déjà-vu
si grande et mortelle.

Les mots qui se répètent
sans cesse, sans effet, sans amour
mais surtout sans regrets.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire