mercredi 29 décembre 2010

Poésie totale

confusion profonde de l'âme entière
mange de un à deux comprimés
contempler l'orangeade multiplié par deux
comprimés avant de dormir
sous le respect des petits amis.

prenez la main dans le ciel
les larmes d'une tristesse continue
d'avancer dans la lumière quotidienne
qui aprécie autant que possible l'humilité.

S'humilier les dents en public
à chaque sourire reçu, on passe au suivant
comme une vieille pompe, un rouleau de caisse
la conquète d'une journée par un bateau emprunté

D'où venait le bonheur de ce matin?
Un bond dans mon corps, mon coeur qui s'emballe
on ne voulait pas le reprendre, on m'écoute.
On me redonne le droit d'exister, on me voit.

On me voit, la poésie totale de mes pensées
la poésie nasale de mon nez.
Toutes les parcelles de mon existence
dans un seul moment déjà parti.

La construction mécanique d'un laitier
qui prend la commande, je renchérie mon offre
à prendre ou à laisser, la facture qui grimpe en flèche
tant que rien ne descend.

Laver en surface la crasse de ce magasin
priez de vous informez au quotidien
numéro en opération dès samedi
j'aurai fini de travailler avant midi
pour que les petits amis puissent rentrer à la maison
en ce merveilleux Noel. d'où venait cette énergie ce matin?

Un cadeau du ciel...

M@X - 29 décembre 2010

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire